Phillipe_LeonardonLe 26 avril je voyage sur le vol SN351 au départ de BRUSSEL pour la destination de DOUALA au CAMEROUN. Je voyage en classe économy embarquement B6 à 10h. Je prends place dans l'appareil airbus A330 de la compagnie BRUSSELS AIRLINES siège G42 je m'attache en attendant le décollage jusque là tout se passe normalement. Je constate que l'embarquement prend du retard, je me trouve à l'arrière de l'avion lorsque soudain j'entends des cris, ce qui me surprend dans un premier temps.

Je ni prête pas plus attention que ça, je suis plus préoccupé par le retard car je suis attendu à Douala pour la suite de mon séjour. Brusquement les gens se lèvent dans l'appareil et quittent leurs places et manifestent. Ils dénoncent avec une grande ferveur ce qui ce passe à l'arrière de l'appareil. Au bout de quelques minutes tout le monde à l'arrière de l'appareil se retrouve debout en demandant que ça s'arrête. A ce moment là je prends conscience que la situation s'aggrave et que l'on est face à une perte de contrôle. Je me détache je me lève et je me retourne, sans jamais à aucun moment quitter ma place et là je suis stupéfait de voir le spectacle qui se déroule sous mes yeux.

Trois personnes en civil qui immobilisent une personne de couleur avec une grand violence, à ma gauche dans l'aller une femme qui tente de calmer les esprits une autre personne qui avait un brassard de couleur rouge qui tente lui aussi de calmer tout le monde dans l'autre allée. Il y avait plusieurs personnes près de la porte arrière qui rendaient toute évacuation de l'appareil impossible. Ce fût la confusion total dans l'avion.

Il y avait un homme de couleur maintenue par trois personnes, cet homme crie, se débat. Une centaine de personnes voir plus debout dans cet appareil majorité africaine, et une femme et l'homme au brassard qui demande à tout le monde de retourner à sa place que ce n'était rien juste une procédure d'expulsion. De ne pas s'inquiéter que tout allait bien se passer, dans cette confusion les passagers réclament le commandant de bord qui est intervenue et qui c'est entretenu avec l'homme au brassard.

Je ne suis pas en mesure de dire ce que le commandant à dis. Comment ce fait il que le commandant n'ai pas parlé aux voyageurs? C'est lui le responsable à bord une simple diffusion dans l'appareil pour expliquer la situation, pourquoi il ne l’a pas fait? Non il a tournée le dos à l'homme au brassard en levant le bras droit et il est reparti vers l'avant de l'appareil. Moi je voyais une situation de plus en plus critique. Moi j'ai dit qu'il était impossible de voyager dans ces conditions comme d'autres voyageurs. Et je voyais une situation de plus en plus incontrôlable et un retard grandissant. J'ai donc demandé comme les autres passages que l'on évacue cette personne, ou que les passagers sois évacués et remis sur un autre vol. 

Et la tension monte d'un cran encore des passages vont à l'arrière de l'appareil avec des appareils photos. Ils prennent des photos de la situation et là les personnes qui se disent de la police (je n'ai à aucun moment vu leurs cartes ils étaient tous en civil juste un qui avait un brassard sans aucune inscription dessus juste un logo à peine visible).Le fait des photos les a beaucoup dérangés. L'homme au brassard change d'attitude, il devient pâle un peu paniqué le regard dispersé, il regarde dans toutes les directions, il perd sons sans froid. Moi je lui ai répondu si vous avez rien à vous reprocher en quoi cela gène que les gens prennent des photos de cette situation, au soit disant policier et à ce moment là je ne savais toujours pas à qui j'avais à faire (moi je n'ai pris aucune photo je n'avais pas la possibilité de prendre mon appareil, car j'étais toujours à ma place mais debout).

Ils évacuent le ressortissant africain de l'appareil en lui infligent des coups. Et là un calme revient dans d'avion. A ce moment la personne avec le brassard me montre à moi et les autres passages son brassard, je suis de la police et vous donne l'ordre de vous asseoir. Je me rappelle m'être retourné et je me suis assis comme j'étais toujours à ma place et j'ai bouclé ma ceinture. Quelques personnes encore sous le choc parlaient de ce qui venait de se passer à bord de l'avion, mais rien à voir avec la situation quelques minutes avant. Et là je fais abstraction de ce qui m'entoure et je me prépare pour ce vol.  Je suis inquiet du retard, car je suis attendu à DOUALA pour me rendre à GAROUA ma destination finale.

Quelques minutes se passent et la personne avec le brassard me demande de me lever sans se présenter sans me notifier les raisons, je me détache et je m'exécute car la situation est redevenue normale. Je ne sens aucune tension en lui donc je n'ai pas de raison de ne pas faire ce qu'il me dit.
Je lui demande si je dois prendre mes affaires il me dit que oui alors je les récupère dans le coffre.
Il m'invite à quitter l'avion pour moi ça ne cause aucun problème, je ne sais à ce moment toujours pas à qui j'ai à faire.

Je n'ai rien à me reprocher, je n'ai rien fait de plus que les autres passagers. Là rien d'alarmant on m'invite à prendre place dans un véhicule vitrés, je leurs signale que j'ai eu peur de cette situation, car je l’ai trouvé très chaude, ont discute avec moi c'est des policiers en uniformes tout va bien.
Là je vois qu'il évacue deux autres personnes de couleur avec fermeté, menotte aux poings les policiers en civile les frappes à coup de pieds à coup de poings pour les faire monter dans un autre véhicule sans vitres. Je me dis en les voyants que tout ça ne ressemble à rien. On est en Europe et ont se dois de montrer l'exemple, et à ma connaissance ils n’ont rien fais de mal. C'est la dernière fois que j'ai vu la personne au brassard. Ils m'ont emmené à la police de l'aéroport avec les deux autres personnes de couleur, ils mont placé dans une pièce avec honneur et dignité sans aucune brutalité. Ce qui ne fut pas le cas avec les deux autres personnes de couleurs eux c'est à grand coup de pied et coup de poing.

Je ne comprends pas car il ne montrait pas de signe de violence ils demandaient seulement que la police arrête de les brutaliser.et de les frapper. A un moment l'homme menotté aux poings il a demandé d'arrêter car sa veste va céder et là je vois le policier lui donner des coups dans les cotes je dis à la femme policière si elle trouve ça normal, elle ne me répond pas et elle baisse la tête.
Ils sont venu me libérer j'ai refusé et je leur ai dit je veux faire une déposition sur les évènements qui se sont passé dans l'avion. Ce qui pour moi ne cause aucun problème je relate les fais et il me dit que je peux repartir ni plus ni moins. Je demande pourquoi on m'a enfermé, la femme qui a pris ma déposition me dis quelle en sais rien.

Je vais au comptoir de Brussels Airlines pour voir avec eux comment faire pour que je puisse reprendre un avion pour me rendre à DOUALA.  Entre temps je contacte mes amis que je risque d'avoir du retard. Au comptoir on me dit qu'il y a pas d'avion avant lundi je demande ou sont mes bagages il me dit qu'ils sont restés au terminal de Bruxelles. C'est faux mes bagages eux sont bien arrivé à DOUALA.

Et là une personne de la compagnie m'informe que je ne peux plus partir de Bruxelles, que la compagnie à tout annulé et que je suis interdit pour 6 mois de tout vol sur cette compagnie.
Là je me heurte à un mur, plus d'informations aucun dialogue possible ils ne veulent rien dire je ne sais pas du tout se qu'on me reproche. Je n'ai rien fait de mal, pas plus que la centaine de personnes voir plus, ont fait la même chose que moi et eux ils n’ont pas de problème ils sont à DOUALA. Moi je dis juste que j'ai payé un vol aller retour pour un voyage au Cameroun. Jamais on ne m’a dit que sur cette compagnie on transporte de des ressortissants expulsables. Et de ce fait qu'ils ont le droit de perturber des centaines de passagers qui ne demandent qu'une chose. Etre transporté en toute quiétude, en toute sécurité, paisiblement sans que l'on vienne les perturber.

A mon avis les responsables sont :

1- les politiques incapables de monter une structure descente pour le rappariement des ressortissants en infraction.
2- les forces de l'ordre qui manque de moyens et qui imposent des situations insupportables à des centaines de voyageurs ou citoyens qui n’ont rien demandé; en disant je suis de la police ferme là!
C'est ça Europe? C'est ça l'avenir?
3- la compagnie aérienne qui elle aussi est responsable, car elle a le devoir de veiller au bon déroulement du vol et à la sécurité des passagers qu’elle transporte.

C'est elle qui a la responsabilité des passagers et de faire évacuer le ou les éléments perturbateurs.
Dans cette affaire je n'ai vu aucune personne de la compagnie venir défendre les intérêts des voyageurs. La compagnie ma bien confirmé qu'il n’y avait personne de la compagnie Brussels Airlines. Si je devais quitter ce vol c'est donc un responsable de la compagnie qui devait le faire en me donnant les raisons de mon débarquement. Et si il y avait résistance faire appel au force de l'ordre de l'aéroport en me notifient mes droits, ça c'est la procédure. Que là, juste une personne avec un brassard qui m'invite à me levé et à descendre sans rien me dire de plus, la c'est très fort et que je ne l'ai jamais revue par la suite.

Le seul plaisir que l'on a c’est de pouvoir passer de bon moment avec les gens que l'on aime dans le monde entier et pour eux hélas je le déplore qu'il leurs soit si difficile de venir me voir; de venir me rendre visite en Europe. Je voyage depuis plus de vingt ans j'ai visité trente pays je suis choqué. Oui choqué de voir ce qui ce passe en Europe aux USA.

En réponse à tout ça j'ai qu'une chose à dire, la terre ne m'appartient pas elle ne vous appartient pas non plus. Alors partageons la,  ensemble, c’est humain non? Je veux juste dire que la police n’a pas été à la hauteur, complètement débordé par la situation. Moi je déplore que de jour en jour ont perd les valeurs de la vie.  Et toute confiance dans nos institutions. On a de moins en moins confiance en la police ou la gendarmerie.

Le mot (répression) c'est comme le mot (colonisation) ils sont à supprimés du dictionnaire.
Mais que de belles choses sont possibles avec de la compréhension de l'écoute et du dialogue.
Je souhaite que ce mal entendue sois vite levé et que nos politique se pose les bonnes questions et ce genre de fait ne se reproduise jamais.

Œuvrons pour un monde meilleur.

Je vous rappelle que l'Afrique a une longue histoire avec l'Europe et ont ne dois jamais l'oublier.
Je souhaite remercier les passagers pour avoir gardé leur sans froid et à aucun moment il y a eu la moindre agression physique ou verbal une grande leçon d'humanité et de respect.

Monsieur, Madame veuillez recevoir mes salutations les plus distinguées

Ps: je mets ma déposition faite à l'aéroport de BRUSSEL à votre disposition
Je pense que la compagnie devrait faire une enquête auprès des passages de ce vol, pour voir qu'il n’y avait rien de mal à réclamer un voyage paisible et tranquille.


LEONARDON Philippe
Village du brocq
50480 AUDOUVILLE LA HUBERT